17
Oct
2007

Monsieur le président, monsieur le ministre, madame la ministre, monsieur le président de la commission des finances, monsieur le rapporteur général, mes chers collègues, comme vient de le dire M. le ministre, une loi de finances est un acte politique fort, qui trace les grandes orientations de la politique économique d’un gouvernement. Si le texte que vous présentez en a l’apparence, il n’en a pas tout à fait la substance.

Tous les discours qui se sont succédé pendant ce débat m’ont donné le sentiment que ce projet de budget pour 2008 n’était pas tout à fait comme les autres. Notre collègue Cahuzac a parlé d’un budget d’intermède ; Jean-Pierre Brard a ironisé sur l’écart entre le terme de « faillite » utilisé par le Premier ministre pour décrire la situation dont il héritait – de qui d’ailleurs, sinon de la majorité précédente, qui est la même qu’aujourd’hui – et cette espèce de budget de croisière, qui réserve un traitement différent à la première et à la deuxième classe.

Nous sommes nombreux sur ces bancs, et pas seulement à gauche, à penser que le fossé à franchir sera grand entre les quinze milliards de cadeaux fiscaux de l’été, et le moment où vous devrez redescendre sur terre pour prendre la mesure de la réalité des difficultés économiques et financières que traverse notre pays. En un mot, nous craignons que ce qui manque dans ce budget ne se retrouve plus tard et que ce budget n’en cache un autre.

15
Oct
2007

A l'occasion du Conseil de Communauté du lundi 15 octobre, j'ai présenté un bilan de l'action conduite en matière de pôles de compétitivité à Lyon. Plus de 69 projets de recherche ont été initiés pour un montant de 300 millions d'euros d'investissement dont les 2/3 par les entreprises, le reste se partageant entre l'état, la région et la communauté urbaine de Lyon. La participation des PME à la recherche est le succès le plus tangible des 5 pôles de compétitivité lyonnais. Vendredi 12 octobre, je présentai les réalisations lyonnaises en matière d'administration électronique au colloque sur l'administration électronique du Sénat.

Par ailleurs Lyon a gagné des places dans le classement des villes mondiales, passant de la 24ème à la 17ème place. La communication sous la bannière commune (Only Lyon) a été récompensée au Sénat lundi 8 octobre .

07
Oct
2007

Visite des commerçants du marché Balmont à la Duchère avec Frédéric Perez, adjoint à la propreté du 9ème arrondissement.

28
Sep
2007

Vous êtes nombreux à m'avoir indiqué les tags  sur les commerces vacants qui dénaturent le quartier Grolèe. J'ai écrit au propriétaire des Docks Lyonnais pour l'alerter sur la mauvaise image de la Presqu 'île que donnent ces commerces tagués. Je l'ai invité à recourir au contrat façades nettes soutenu financièrement par la ville, qui autorise notamment des interventions illimitées pour maintenir la propreté des façades.

27
Sep
2007

Visite aux commerçants du quartier Rue Victor Hugo, rue de la Charité, en compagnie de François Royer, adjoint au commerce du 2èmearrondissement et de Fabien Delorme, manager de centre-ville, pour prendre le pouls du commerce de la presqu'île avant l'Assemblée générale de l'association « Tendance Presqu'île ». Les nombreux projets présentés à cette Assemblée Générale le jeudi 27 septembre illustrent la montée en puissance d'une des plus ambitieuses opérations de management de centre-ville.20070927-commerces-presqu-ile-220070927-commerces-presqu-ile-3

09
Sep
2007

Samedi 8 et Dimanche 9 septembre s'est tenue la traditionnelle Braderie de la Croix-Rousse organisée par l'Association des commerçants et artisans.

Après l'inauguration en compagnie du président de l'association Jacques Descours, du président de la CCI, Guy Mathiolon, de Dominique Bolliet maire du 4ème et de son 1eradjoint au commerce David Kimelfeld la visite des commerçants est l'occasion de saluer Joël Rebuchon en pleine action.

01
Aoû
2007

Retrouvez en pièces jointes les différentes interventions que j'ai prononcées lors de la discussion sur le projet de loi TEPA, paquet fiscal aussi injuste qu'inefficace.

 

16
Juil
2007

Je suis intervenu lors de la discussion du texte qui a clot le budget de l'année 2006 puis lors du débat d'orientation budgétaire qui prépare celui de l'année 2008.

Ci- dessous, un extrait; retrouvez l'ensemble de mon intervention en pièce jointe

...Ce matin, nous avons longuement débattu de la situation budgétaire de notre pays pour 2006. Dans ce débat d'orientation budgétaire, vous nous proposez, en quelque sorte, de réaliser dans le quinquennat qui s'ouvre ce que vos prédécesseurs avaient promis dans celui qui s'est achevé, c’est-à-dire d’aboutir à l'équilibre des finances publiques à la fin de la législature.

À cette même place, en 2002, votre prédécesseur, M. Francis Mer, s'était engagé à réduire chaque année le déficit d'un demi-point de PIB pour atteindre l'équilibre en 2006-2007. Nous en sommes loin. Non seulement la France a connu, pendant pratiquement quatre ans, des déficits excessifs, mais le déficit n'est jamais revenu à ce qu'il était en 2001 – 1,5 % de PIB –, ou même à ce qu’il était à l’été 2002 où il était compris entre 2,2 et 2,5 %. Il ne devrait pas non plus repasser au-dessous de cette valeur dans les deux années qui viennent, puisque, d’après les projections dont vous avez fait état, il se maintiendra à peu près autour de 2,5 % de PIB en 2007 comme en 2008.

04
Aoû
2004

Introduction à l'analyse macroéconomique, Editions de l'Ecole Polytechnique, Ellipses, 202 pages, juin 2004.

Cet ouvrage est le fruit de quinze années d'enseignement du cours d'introduction à la macroéconomie destiné à l'ensemble des élèves de l'école polytechnique. Il s'adresse à tous ceux, qui ayant une formation scientifique de base, veulent s'initier en quelques leçons aux grands débats de la macroéconomie contemporaine.

Ce cours mêle étroitement une introduction rigoureuse et formalisée à la théorie macroéconomique et l'interprétation des évolutions des 50 dernières années. Dans le cadre d'un modèle progressivement élargi et enrichi, il étudie successivement la réalisation des échanges, la nature du chômage, l'impact des politiques budgétaires et monétaires, les marges de manœuvre des politiques nationales dans une économie mondialisée, enfin la croissance économique en long période. La conclusion examine l'éclairage qu'apportent ces théories aux débats contemporains : pourquoi des politiques économiques qui semblaient efficaces sur la croissance et l'emploi dans les années 50-60 ont elles été impuissantes dans les années 80-90 ? Quel impact a eu la mondialisation ? L'union monétaire change-t-elle la donne en Europe? Les économies ont-elles tendance à converger à long terme ?...

Commander cet ouvrage

Page 28 sur 30